Regards croisés sur l’innovation positive et responsable

Le besoin de développer des innovations n’a jamais été aussi fort.

Malgré ce que l’on peut entendre, les entreprises françaises innovent et s’engagent dans la conduite au changement. On constate en effet que compte tenu des problématiques et enjeux actuels de nombreuses entreprises cherchent à avoir un impact positif sur la société, l’environnement et le monde. Le besoin de développer des solutions accessibles, efficaces et durables n’a jamais été aussi fort. 

Pourquoi investir aujourd’hui dans une démarche de transformation positive ? Même s’il est difficile de s’engager “entièrement” à court terme, si c’était l’étincelle nécessaire pour déclencher à la fois l’adhésion du groupe et des opportunités d’affaires.
Sûrement, mais comment passer du concept au concret ? Quels sont les moyens à disposition d’une organisation pour répondre à un besoin croissant d’innovation et d’engagement ?

Isabelle consultante en RSE et Claire Business designer, croisent leurs regards sur ces questions.  

L’engagement comme premier pilier de la transformation durable et positive des entreprises

Premier constat : 
Nous avons tous besoin de trouver du sens à nos actions y compris dans notre environnement de travail. La cohérence entre ce que nous pouvons faire à titre personnel et ce qu’il nous est possible de mettre en oeuvre au sein de l’entreprise pour laquelle nous travaillons est devenu indispensable.

Isabelle “ Les salariés sont de plus en plus nombreux à s’engager pour différentes causes : respect de l’environnement, écologie, implication associative. Ils souhaitent aujourd’hui pouvoir continuer d’oeuvrer en ce sens sur leur lieu de travail et sollicitent leur employeurs sur ces sujets”.

Encore faut-il que la parole des salariés soit entendue !

Claire “Dans un modèle de d’entreprise pyramidale il est encore difficile de voir des actions satisfaisantes qui prennent en compte les besoins et les idées de chaque échelon de l’entreprise. Les modèles de management et les organisations des entreprises se transforment en vue d’un besoin croissant de transversalité. “

On constate dans nos 2 activités qu’il est encore difficile de faire adhérer à un modèle participatif et interactif qui met l’humain au cœur de la stratégie de l’entreprise et du business.

Deuxième constat :
Aujourd’hui, l’innovation ne peut plus reposer uniquement sur des nouveautés technologiques. Elle dépend de plus en plus de la collaboration d’une équipe, de son engagement et de sa capacité à répondre à des besoins utilisateurs. 
La première transformation positive que peut mener l’organisation est de prendre le temps d’écouter ses équipes et de mener des actions concrètes et collectives qui ont du sens pour tous. Être plus humain dans les organisations, être plus humain dans les relations entre entreprises et clients, est le nouveau défi entrepreneurial des prochaines années.

Pourquoi ? Pour une adhésion constructive et durable. Il est toujours plus facile de faire quelque chose si tu as compris pourquoi tu le fais, comment tu le mets en place et pour qui.

Rester à l’affût des tendances pour rester compétitif

Les consommateurs sont de plus en plus attirés par des marques qui ont une proposition de valeur forte et réelle. Entreprise locale, histoire de marque, chaîne de production transparente, prise en compte des conditions de travail, matière première respectueuse… Ils sont de plus en plus informés et consomment de moins en moins “aveuglément”.
Une entreprise qui ne suivrait pas les tendances de fond et ne serait pas à l’écoute des changements opérants prend le risque de perdre des parts de marché pire de disparaître. 

Claire “j’entends encore beaucoup, ça marche aujourd’hui pourquoi ça ne marcherait pas demain ? Pourtant il est de plus en plus hasardeux de prévoir de quoi demain sera fait. Nous vivons dans un monde d’incertitude où les entreprises doivent sans cesse se réinventer pour rester compétitives dans un monde en perpétuelle mutation.
Comprendre le présent, imaginer des futurs possibles et déployer l’innovation pour redessiner l’existant. 

Isabelle “aujourd’hui certaines entreprises ont bien identifié ces nouvelles tendances mais s’interrogent sur les actions vraiment pertinentes qui leur permettraient d’y répondre. Parfois elles ont déjà les premières idées mais s’auto censurent pensant qu’elles ne peuvent pas aller assez loin. Ce qui compte c’est l’intention et surtout la mise en place d’actions si petites puissent-elles paraître. C’est bien de sentir la tendance mais la clé c’est le passage à l’action”

Une seconde transformation positive à mener serait d’être plus réactif au changement (pour sentir de nouvelles opportunités business). 
Il vaut mieux réfléchir et mener des petites innovations pertinentes et évolutives plutôt que d’attendre l’INNOVATION de rupture qui révolutionne le marché ou attendre qu’il ne soit trop tard pour transformer son modèle économique. 
Aujourd’hui l’entreprise ne peut plus fermer les yeux sur les changements qui s’opèrent et sur un besoin constant de “donner du sens” et “d’être plus humain”.
Et si c’était ça l’innovation positive et responsable 🙂

——————————————————-

Faire beaucoup avec peu  (innovation frugale): 

“Les petits Cadors”, c’est une histoire née en famille, durant un trajet de vacances. N’ayant pas fermé l’oeil durant le trajet avec leur coussin en forme de U, ils ont eu l’idée de créer un véritable oreiller de voiture avec un système d’attache pour le maintenir en place. Une idée simple qui fut prototyper et tester très rapidement. Isidor est née et remporte en 1 an un grand succès, gagnant de l’émission « Mon invention vaut de l’or » sur M6 et Médaille d’or au concours l’Epine 2019. Une idée simple qui plaît car elle est accessible, répond à un besoin réel (qui n’a pas déjà eu un torticolis après s’être endormi dans la voiture) et est une marque éthique et transparente.
Avec une fabrication locale, un circuit de fabrication court, une communication positive et authentique, nous avons là un très bel exemple d’innovation positive et responsable réussie. 

——————————————————-

Contamination positive :

Le mouton givré ! Il y a un peu plus d’un an, Cynthia se désespère de la non valorisation de la laine des brebis caussenardes du Lot qu’elle côtoie au quotidien dans la région de Figeac. Son expertise à elle, la couture industrielle. Elle se lance alors avec quelques ami.e.s dans la conception d’un sac isotherme fabriqué à base de laine de brebis et de toile de chanvre locale et crée un atelier de fabrication dans la région de Figeac. Grâce à sa capacité à comprendre les besoins des consommateurs à la recherche d’alternatives naturelles à la glacière, elle a créé une activité qui permet de dynamiser à la fois un territoire et de valoriser les matières premières locales avec un produit et un concept innovant ! Cynthia semble avoir réussi son pari, les Marguerites, ses premiers modèles ont aujourd’hui une grande sœur !” 

Mutualiser les expertises et passer à l’action !

Parmi les leviers d’innovation à disposition des entreprises, on trouve le business design et la R.S.E souvent mis en oeuvre de façon séparée.  

Isabelle : “Appliquer une démarche R.S.E (Responsabilité Sociétale des Entreprises) la plus complète possible. En premier lieu, prendre en compte l’ensemble des parties prenantes, CODIR,  salariés, fournisseurs, clients, partenaires, collectivités et écosystème locaux. Il est important aussi de se doter d’une réelle raison d’être pour donner encore plus de sens à la démarche. Ensuite, l’ensemble des actions concrètes en faveur de l’environnement, de la qualité de vie au travail, d’une gouvernance partagée, doivent être menées de façon mutualisée.”

Claire “Appliquer une approche Business design pour faire émerger et pour concevoir de nouvelles opportunités, au bénéfice de l’entreprise et de l’ensemble des parties prenantes tout en ayant une démarche respectueuse de l’environnement.  La recherche d’innovation ne pouvant plus se limiter aux produits et services, le business design permet d’améliorer les approches traditionnelles de résolution des problèmes en y associant les principes du Design Thinking, de l’effectuation, du Lean startup et de la prospective stratégique pour stimuler la création de valeur au service de toutes les parties prenantes.”

Ces deux approches ont de multiples points communs :
1 | envisager l’entreprise dans sa globalité et dans son écosystème
2 | passer à l’action en faisant participer l’ensemble des acteurs
3 | mutualiser les compétences au sein et autour de l’entreprise

Dans les deux cas, l’objectif est de créer de la valeur et rendre l’entreprise résiliente dans un monde où l’avenir reste instable et incertain.

Isabelle : “Dans le cadre de mon activité, Il arrive encore trop souvent que les organisations fassent appel à moi trop tard. Le produit est déjà lancé au moment où l’entreprise se pose la question de son impact global.”

Claire : “Les entreprises font appel à nos services pour lancer une innovation de produit ou service sans intégrer dès le départ les notions d’impact environnemental et/ou social.

Faire intervenir ces deux compétences de façon mutualisée permet d’avoir une vision globale de l’innovation future. Cette prise de hauteur permet de gagner du temps et de l’énergie en évitant certains écueils tout au long du projet.
Penser le design à travers la RSE favorise une ouverture du processus design à l’ensemble des parties prenantes en lien avec l’organisation.
Les méthodes utilisées dans un accompagnement business design sont centrées sur l’humain, l’écoute, l’intelligence collective impliquant une grande transversalité essentielle à une démarche R.S.E réussie. 

Ne serait-ce pas le combo gagnant pour l’entreprise !

Prendre le temps, le changement c’est maintenant !

Quand l’innovation s’attache à répondre aux défis de la société de  manière à avoir un impact positif sur la société, l’environnement et le monde, cela s’appelle l’innovation positive et responsable.

Donner à tous, les moyens de concevoir des solutions positives et responsables en mutualisant les expertises métiers essentiel à une mise en action durable.

Le but est véritablement d’intégrer la RSE comme une source d’innovation et de transformer ces défis en opportunités business. 

Une approche globale intégrant la prise en compte de l’ensemble du cycle de vie d’un service ou d’un produit et renvoyant à la notion d’économie de la fonctionnalité tout en proposant un service associé à un produit, plutôt qu’un consommable « Brut ».

Il est temps de prendre le temps d’opérer un changement radical et de transformer votre organisation de façon durable et responsable, une entreprise plus humaine, à l’écoute des changements et du monde qui l’entoure.

——————————————————-

Nos méthodes d’innovation positive et responsable chez MUT :
Innovation frugale : faire mieux avec moins pour le plus grand nombre
Design circulaire : innover en se basant sur l’économie circulaire porteuse de sens
Effectuation : fixer ses objectifs selon ses ressources disponibles.
Prospection stratégique : Il n’y a pas un seul avenir à prédire mais plusieurs futurs à envisager et à préparer.

Innovation et effectuation

80 % des entreprises dans lesquelles nous intervenons sont des entreprises qui doivent faire face à des difficultés économiques et financières. Produits vieillissants, nouvelles concurrences, attentes clients qui changent, difficultés de recrutement, autant d’enjeux pour une entreprise pour rester compétitive et performante.

Il en résulte bien sur un manque de moyens liés à une trésorerie faible, une incapacité à emprunter pour de nouveaux projets ou des investissements, et une baisse de moral du dirigeant et des collaborateurs.

Il pourrait alors paraitre difficile de trouver des solutions, des innovations et des leviers de croissance dans ce cadre contraint.

Lorsque nous intervenons dans ce contexte, soit sous forme d’atelier en business design ou en prestation de conseil, nous nous appliquons à intégrer le paradigme de l’effectuation afin de construire avec nos clients des solutions réalistes et efficaces.

Comment ? Traditionnellement, dans les entreprises nous sommes habitués, à travailler en mode causal, c’est-à-dire que nous commençons par nous fixer des objectifs, pour ensuite chercher les ressources (humaines, financières, technologiques…) pour atteindre ces objectifs. Si, par malheur, nous n’arrivons pas à obtenir ces ressources, le projet est abandonné… et l’entreprise peut s’enfoncer dans une spirale dangereuse. L’effectuation, est un mode de réflexion inverse : on se fixe des objectifs en fonction des ressources dont on dispose… on travaille ainsi avec les questions suivantes : avec mes ressources (humaines, financières, techniques…), qu’est-ce que je peux faire ? Qu’est-ce je peux créer ? Quels sont les objectifs que je peux me fixer ?

Mais en pratique comment fonctionne ce mode de pensée entrepreneuriale ?

Il y a 5 grands principes dans l’effectuation.

1- Démarrez votre mutation avec ce que vous avez !

Et vous en avez des choses importantes en votre possession au sein de votre entreprise pour démarrer

Il y a d’abord vous, vos équipes, vous avec votre vécu, vos compétences, vos savoir-faire… votre motivation. C’est votre ressource la plus précieuse. Le point de départ de toute mutation, de tout projet n’est pas une idée de génie mais un individu, une équipe avec ses motivations et sa capacité à passer à l’action, à faire.

Ensuite, il y a votre réseau (salariés, fournisseurs, clients, partenaires, bref toutes les parties prenantes de votre entreprise.) qu’il faut mobiliser.

Et chaque ressource de votre réseau que vous pouvez mobiliser vous ouvrira de nouvelles perspectives, de nouveaux objectifs.

2-     La perte acceptable !

Non un entrepreneur ne prend pas tous les risques. Ceux qui le pensent n’ont que rarement entrepris. C’est à vous de décider ce que vous acceptez d’investir, de risquer, de perdre en ressource (en temps, en argent.). Vous devez lancer une nouvelle offre de service, vous dégagez du temps pour 1, 2 ou 3 salariés qui la mettre au point (en mode lean-starup), et vous lancez l’offre avec une communication minimale. Au bout de quelques semaines ou mois !  Vous faites un premier bilan. Cela ne fonctionne pas, on analyse, on amende et on avance, ou on stop. Cela fonctionne, tant mieux cela à générer un nouveaux chiffre d’affaires, on continue à investir et développer l’offre. Dans tout les cas vous avez investi : du temps de salariés, quelques dépenses de communication. C’est ce qui s’appelle : votre perte acceptable.

3-     Le patchwork fou

Vous connaissez sans doute cette technique de couture qui consiste à assembler plusieurs morceaux de tissus de tailles, formes et couleurs différentes. Personne ne sait à l’avance quelle allure aura cet ouvrage. Il en va de même dans projet de mutation et d’innovation. On agrège des compétences, des rencontres… bref on se lance sans connaitre le résultat final car il se construit au fur et à mesure.

Pour cela il faut dans votre recherche d’innovation faire participer bien sur tous vos salariés, quelque soit le service, mais aussi pourquoi pas des fournisseurs et des clients ou tout autre partenaire bienveillant.

4-     Tirer parti des surprises

Ou la stratégie de l’opportunisme. S’il est important de comprendre le monde économique, social, politique qui nous entoure, nous ne sommes pas des Madames Soleil. Fini les plans d’actions qui ne se déroulent jamais comme prévu, les business plan longs et couteux qui de toute façon ne se réalisent jamais car il y a toujours des imprévus, des surprises. Eh oui, rien de se produit comme on l’imagine. Alors faisons de ces surprises, bonnes ou mauvaises des opportunités. De toute façon elles sont là, alors jouées avec et tirons-en partie pour notre entreprise ! Et s’il le faut provoquons des surprises

5-     L’avenir n’est pas écrit

L’avenir de l’entreprise appartient à son dirigeant et des salariés. Il n’y a pas un grand livre où tout serait écrit à l’avance. « L’entrepreneur n’est pas celui qui prédit l’avenir mais celui qui le construit ». A vous d’écrire l’histoire de votre entreprise !

Bref, « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer ». Peter Drucker

Pour conclure

Vous l’aurez compris, ces 5 grands principes de l’effectuation ne sont pas seulement applicables dans le cadre entrepreneurial, si vous être une collectivité, une institution, ces grands principes peuvent aussi vous aider à avancer.

L’intégration de l’effectuation dans nos Ateliers vous permettra non seulement d’imaginer des solutions pour développer votre entreprise, mais cela permettra aussi de constituer une culture d’entreprise basée sur l’innovation, le challenge et la cohésion d’équipe (team building).

L’agence Mut, vous propose, avec ses ateliers et ses accompagnements de vous aider à construire votre futur !


Lançons votre MUTation

Notre environnement économique, social, politique est de plus en plus incertain car en perpétuel mutation. Mutations qui s’accélèrent avec le numérique. Il est ainsi de plus en plus hasardeux de prévoir de quoi demain sera fait.
Il faut alors devenir agile, être en capacité de se remettre en question de réinventer son business.

Hier nos entreprises travaillaient avec des business plans pour prévoir le futur dans un monde relativement stable. Si cet outil peut être encore utile dans certain cas il est souvent insuffisant car il ne prend pas en compte les incertitudes mais surtout cet outil qui ne regarde pas l’entreprise dans son ensemble (vision principalement comptable) et ne lui permet donc pas de se réinventer.

Ainsi l’agence Mut vous propose une approche basée sur le Business Design. Le business design permet d’envisager l’entreprise dans sa globalité et tenant compte de sa nécessité d’innovation et d’évolution pour répondre au mieux à ses enjeux.

Le business design, version Agence Mut permet aux entreprises d’améliorer les approches traditionnelles de résolution des problèmes, en y associant les principes du Design Thinking, de l’effectuation, du Lean startup et de la prospective stratégique pour stimuler la création de valeur au service de toutes les parties prenantes.

Mais qu’est-ce que le business design ?

Tout d’abord, explicitons ce terme “design”, qui en Français, est surtout associé à style et esthétisme alors que dans les pays anglo-saxons, on l’associe plus à la notion de « conception ».

Donc il faut comprendre le Business design comme une approche créative, globale, permettant de faire émerger, de concevoir de nouvelles opportunités au bénéfice de l’entreprise et de l’ensemble des parties prenantes.

Aujourd’hui, la recherche d’innovation ne peut plus se limiter aux produits et services ; elle concerne aussi les achats, la production, la communication, les ressources humaines, le management et donc le modèle économique de l’entreprise.

La spécificité de l’Agence Mut est d’intégrer dans cette dynamique la prospective stratégique. En effet, face à l’incertitude, il n’y a pas un seul avenir à prédire mais plusieurs futurs à envisager, à préparer. La prospective, se définie comme l’investigation méthodique des futurs possibles.

La prospective stratégique suppose une vision à long terme, une réflexion large et ouverte, la prise en compte des acteurs internes et externes.  Cela permet d’inscrire le Business design dans la durée.

Le business design en tant que résolution de problèmes consiste à transformer les contraintes, les événements en opportunités. Notre approche remet l’humain au cœur de l’entreprise et de l’innovation

Avec notre approche business design, nous allons vous accompagner pour repenser votre stratégie de développement de votre entreprise pour affronter les défis d’aujourd’hui et créer les opportunités de demain.

Le modèle économique de l’entreprise va être diagnostiqué, interrogé puis challengé de manière à émettre de nouvelles hypothèses de développement avec pour cadre une vision partagée par les équipes.

Ces hypothèses de développement seront ensuite triées, testées sans engager des coûts importants (avec les outils du Lean Start up et le prototypage), évaluées avant d’être validées, invalidées ou amendées puis mises en œuvre pour devenir réalité.

Ainsi, avec le business design, les problèmes sont abordés différemment de ce qui se fait depuis des décennies, en intégrant du management visuel, de la co-création, de l’intelligence collective, la notion d’itération et l’action rapide.

Il s’agit de prototyper des solutions et de les tester vite, de pivoter si cela ne marche pas pour rebondir plus rapidement sur une autre hypothèse. Cette démarche permet d’accélérer le processus de conception et contribue à créer les conditions dans lesquelles les entreprises prospèrent et évoluent dans ce monde complexe où planification et prévision deviennent impossible.

Notre démarche :

  1. Identifions vos besoins, vos enjeux et vos ressources disponibles
  2. Nous vous Construisions un atelier de business design de 2 à 5 jours
  3. Prototypons lors de l’atelier vos solutions
  4. Testons, améliorons…. Vous validez !
  5. Déployons vos innovations

Nous sommes à vos côtés pour vous accompagner sur ces 5 étapes de votre Mutation !