Innovation et effectuation

80 % des entreprises dans lesquelles nous intervenons sont des entreprises qui doivent faire face à des difficultés économiques et financières. Produits vieillissant, nouvelles concurrences, attentes clients qui changent, difficultés de recrutement, autant d’enjeux pour une entreprise pour rester compétitive et performante.

Il en résulte bien sur un manque de moyens liés à une trésorerie faible, une incapacité à emprunter pour de nouveaux projets ou des investissements, et une baisse de moral du dirigeant et des collaborateurs.

Il pourrait alors paraitre difficile de trouver des solutions, des innovations et des leviers de croissance dans ce cadre contraint.

Lorsque nous intervenons dans ce contexte, soit sous forme d’atelier en business design ou en prestation de conseil, nous nous appliquons à intégrer le paradigme de l’effectuation afin de construire avec nos clients des solutions réalistes et efficaces.

Comment ? Traditionnellement, dans les entreprises nous sommes habitués, à travailler en mode causal, c’est-à-dire que nous commençons par nous fixer des objectifs, pour ensuite chercher les ressources (humaines, financières, technologiques…) pour atteindre ces objectif. Si, par malheur, nous n’arrivons pas à obtenir ces ressources, le projet est abandonné… et l’entreprise peut s’enfoncer dans une spirale dangereuse. L’effectuation, est un mode de réflexion inverse : on se fixe des objectifs en fonction des ressources dont on dispose… on travaille ainsi avec les questions suivantes : avec mes ressources (humaines, financières, techniques.), qu’est-ce que je peux faire, qu’est-ce je peux créer ? Quels sont les objectifs

Mais en pratique comment fonctionne ce mode de pensée entrepreneuriale ?

Il y a 5 grands principes dans l’effectuation.

1- Démarrez votre mutation avec ce que vous avez !

Et vous en avez des choses importantes en votre possession au sein de votre entreprise pour démarrer

Mettre en place des solutions face aux enjeux que vous avez

Il y a d’abord vous, vos équipes, vous avec votre vécu, vos compétences, vos savoir-faire… votre motivation. C’est votre ressource la plus précieuse. Le point de départ de toute mutation, de tout projet n’est pas une idée de génie mais un individu, une équipe avec ses motivations et sa capacité à passer à l’action, à faire.

Ensuite, il y a votre réseau (salariés, fournisseurs, clients, partenaires, bref toutes les parties prenantes de votre entreprise.) qu’il faut mobiliser.

Et chaque ressource de votre réseau que vous pouvez mobiliser vous ouvrira de nouvelles perspectives, de nouveaux objectifs.

2-     La perte acceptable !

Non un entrepreneur ne prend pas tous les risques. Ceux qui le pensent n’ont que rarement entrepris. C’est à vous de décider ce que vous acceptez d’investir, de risquer, de perdre en ressource (en temps, en argent.). Vous devez lancer une nouvelle offre de service, vous dégagez du temps pour 1, 2 ou 3 salariés qui la mettre au point (en mode lean-starup), et vous lancez l’offre avec une communication minimale. Au bout de quelques semaines ou mois !  Vous faites un premier bilan. Cela ne fonctionne pas, on analyse, on amende et on avance, ou on stop. Cela fonctionne, tant mieux cela à générer un nouveaux chiffre d’affaire, on continue à investir et développer l’offre. Dans tout les cas vous avez investi : du temps de salariés, quelques frais de communication C’est ce qui s’appelle : votre perte acceptable.

3-     Le patchwork fou

Vous connaissez sans doute cette technique de couture qui consiste à assembler plusieurs morceaux de tissus de tailles, formes et couleurs différentes. Personne ne sait à l’avance quelle allure aura cet ouvrage. Il en va de même dans projet de mutation et d’innovation. On agrège des compétences, des rencontres…bref on se lance sans connaitre le résultat final car il se construit au fur et à mesure.

Pour cela il faut dans votre recherche d’innovation faire participer bien sur tous vos salariés, quelques soit le service, mai aussi pourquoi pas des fournisseurs et des clients ou tout autre partenaire bienveillants.

4-     Tirer parti des surprises

Ou la stratégie de l’opportunisme. S’il est important de comprendre le monde économique, social, politique qui nous entoure, nous ne sommes pas des Madames Soleil. Fini les plans d’actions qui ne se déroulent jamais comme prévu, les business plan longs et couteux qui de toute façon ne se réalisent jamais car il y a toujours des imprévus, des surprises. Eh oui, rien de se produit comme on l’imagine. Alors faisons de ces surprises, bonnes ou mauvaises des opportunités. De toute façon elles sont là alors jouées avec et tirons-en partie pour notre entreprise ! Et s’il le faut provoquons des surprise

5-     L’avenir n’est pas écrit

L’avenir de l’entreprise appartient à son dirigeant et des salariés. Il n’y a pas un grand livre où tout serait écrit à l’avance. « L’entrepreneur n’est pas celui qui prédit l’avenir mais celui qui le construit ». A vous d’écrire l’histoire de votre entreprise !

Bref, « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer ». Peter Drucker

Pour conclure

Vous l’aurez compris, ces 5 grands principes de l’effectuation ne sont pas seulement applicables dans le cadre entrepreneurial, si vous être une collectivité, une institution, ces grand principe peuvent aussi vous aider à avancer.

L’intégration de l’effectuation dans nos atelier vous permettra non seulement d’imaginer des solution pour développer votre entreprise, mais cela permettra aussi de consulter une culture d’entreprise basée sur l’innovation, le challenge et la cohésion d’équipe (team building).

L’agence Mut, vous propose, avec ses ateliers et ses accompagnement de vous aider à construire votre futur